Oeufs et volailles


Elevage de poules pondeuses, volailles de chair, et dagneaux à la ferme ambulante de  Vescles-Boutavent





Les abonnements proposés par Mathieu

  •   Abonnement « œufs » et parrainage de poules pondeuses :

Par votre abonnement à 6 ou 12 œufs par semaine, vous parrainez vos poules pondeuses dont Mathieu va s’occuper durant toute la saison et qui s’activeront à pondre des œufs extra frais chaque semaine de Juin à Décembre.

Après avoir pondu leurs œufs tout au long de la saison, vos volailles vous seront remises prêtes à cuire en « poules au pot » un peu avant noël. Voir ci-dessous l'origine et les conditions d'élevage des poules.


Au sujet de votre intérêt pour les distributions d’œufs, Mathieu vous invite à retrouver le descriptif de l’abonnement dans la rubrique « contrats d’abonnement» sur ce blog.


  • Abonnement « Volailles de table » (prêtes à cuire)

Races anciennes à croissance lente : Faveroles, Gaulois multicolores à pattes bleues, Charolais, Cornish gris


Selon votre intérêt pour les distributions de « volailles de table prêtes à cuir », Mathieu vous invite à retrouver le descriptif de cette abonnement dans la rubrique « contrats d’abonnement» sur ce blog.




Chaque printemps, emménagent sur les prés de Boutavent des poulets Faveroles, Gaulois multicolores à pattes bleues, volailles Charolaises,…
Ces volailles de races fermières françaises et rustiques provenant du centre de sélection de Bechanne (01) qui travaille pour la sauvegarde des magnifiques races de volailles anciennes françaises, de souche rustique et à croissance lente. Hormis cette sauvegarde, l’idée de vous faire partager la saveur incomparable de cette chair, que l’on ne peut hélas savourer que dans les restaurants****… jusqu’à l’Elysée.

L’autre partie du cheptel se compose de races rustiques à croissance lente de type Cornish gris, une race de poules mixtes bonnes pondeuses et bonne volaille de chair à la jolie couleur de plumage « Coucou ».

Ainsi vous retrouverez la possibilité d’un abonnement pour au moins 5 volailles par an dans le « Contrat Volaille de Table » , ce qui permet à Mathieu d’anticiper l’élevage de vos volailles. 
 
Mathieu vous propose d’éveiller votre curiosité et de vous tenir informé(e)s de la tenue de cet élevage en pleine nature.




Descriptif d’un élevage original 



Cher(e)s adeptes de la basse cour,

Eleveur depuis 9 ans, Mathieu Gros est un fervent amateur de poules pondeuses et poulets de chairs. Ces volatiles sont accompagnés d’un petit troupeau de moutons débroussailleurs, le tout s’ébattant dans une nature préservée de la Petite Montagne (Jura).
Le bien être animal est l’avantage de cet élevage visant à favoriser l’adaptation et l’autonomie des volailles dans le milieu naturel.
Puisque celles-ci n’ont été que des machines à pondre en cage depuis des décennies d’élevage industriel, nous ne pouvons leur souhaiter que du plein air et de l’espace.




Mathieu fût paysan sans terre durant 6 ans dans une commune voisine. Ce manque de sécurité foncière lui a permis d’organiser son projet d’installation agricole sans se fixer au sol, avec une quinzaine de petits bâtiments déplaçables, mobiles, transhumants, de type roulottes ou caravanes. Cette ferme ambulante laisse une faible empreinte sur le milieu naturel, un mode d’élevage ancestral (top de l’écologie) très commun en Mongolie et Sibérie, en Afrique,…





  • Origine des poules pondeuses biologiques
Mathieu choisit des poules pondeuses âgées de 6 mois. Elles proviennent d'un élevage industriel bio selon le cahier des charges AB (Agriculture biologique.

Ces poules de races Lohman ou Isabrown sont de bonnes pondeuses.

Elles vont découvrir une magnifique nature dans les prés de Verchamps sous le pic du château d’Oliferne.

Nb :Mathieu ne peut actuellement pas élever dès poussins les pondeuses sur la ferme, car les mesures de grippe aviaire et leurs interminables périodes de claustration, gênent le bien-être et la santé des volatiles…des mises aux normes sanitaires sont prévus par les gouvernants pour 2018 dont les montants seront difficiles à envisager pour les petits élevages, vous serez régulièrement tenus informés.




Les conditions d’élevage à Boutavent


L’aménagement des parcs à volailles est prévu pour stimuler leur instinct, leurs aptitudes à s’alimenter de façon autonome, se protéger des intempéries et des prédateurs.



Les poulaillers sont ouverts jour et nuit afin de laisser libre-cours à leurs déambulations dans les prés et bosquets où elles trouvent une bonne partie de leur nourriture naturelle.


L’été les volailles sont en quête de nombreux insectes nocturnes dès 4 heures du matin, annoncée par la fanfare d’assaut de quelques 200 ou 300 jeunes coqs !



  • Alimentation des volailles

A l’origine les poules vivent en lisière de forêt, de nature opportuniste et omnivore, elles ne se contentent pas d’un régime unique de céréales, mais friandes d’une grande quantité d’herbe, d’insectes en tous genres, et d’une partie de graines, de baies et de céréales.  



Leur alimentation naturelle est complétée par des apports en graines germées : 10 tonnes de graines germées sont brassées par Mathieu tout au long de la saison pour un apport extra en vitamines et protéines largement mieux assimilé par la volaille que la céréale sèche. Un effet « dynamite » pour la vitalité et la santé des volailles et des moutons.





  • Poulaillers mobiles pour de meilleures rotations et un faible impact sur flore et sols

Des poulaillers mobiles vont permettre le déplacement des volailles sur différentes prairies et espaces boisés offrant une diversité de biotopes de pelouses sèches ou grasses, en prés bocagers, et en lisière de forêt. Cette technique offre la particularité aux volatiles d’évoluer constamment dans l’herbe fraîche et variée, et non sur la terre battue sur-azotée, ou la boue, comme c’est le cas dans les élevages de plein air en poulaillers fixes.



Les poules raffolent des herbages qu’elles consomment en grande quantité, riche en vitamines contribuant à un bon apport en anti-oxydants (jaune d’œufs orangé), mais surtout une saveur de chair incomparable. En alternance avec le débroussaillage des moutons, les volailles sont ensuite friandes des jeunes repousses. Cette technique d’élevage ambulant implique les mises en places de nombreux parcs en rotations au cours de la saison.
  • Une méthode efficace contre les attaques : chiens de protection pour les poules et les moutons



Notre éleveur est accompagné de 2 chiens de protection de troupeau de race Berger d’Anatolie (Kangal). L’intégration des chiots avec les poules fût aussi plaisante que prenante, avec débordement d'amour des jeunes chiens pour les poules qui a engendré de nombreuses bêtises. 
Agés de deux an et demi, Jinko et Jitane sont d'une efficacité redoutable face aux attaques de rapaces les plus sournoises. La confiance est maintenant installée avec ces deux extraordinaires collègues de travail qui sont parfaits dans leur mission épargnant une centaine d’attaques par an. Ils ont acquis une bonne expérience des mœurs des prédateurs du troupeau que sont les Lynx, les renards et les nombreux rapaces. Ces chiens veillent sur toute la famille, ainsi que le matériel de l’élevage.
 


  • Poussins sous leurs mères Poules
Après la présentation de l’élevage des poules pondeuses et des volailles de chair, Mathieu vous propose de découvrir l’autre partie de son élevage.





Mathieu a pu constater chaque année la très faible tenue au nid de nos poules pondeuses, car seulement 3% d’entre elles possèdent encore l’instinct de couver leurs œufs. C’est très faible !


Depuis l’après guerre l’accouvage mécanique auquel s’ajoute une sélection uniquement fondée sur le rendement de ponte a mis à mal l’instinct maternel des poules de souche industrielle.
Celles-ci ne seront bientôt plus capables de couver et d’élever leur progéniture, puisque les poules qui couvent sont systématiquement éliminées car elles arrêtent la ponte momentanément et sont donc moins productives, moins rentables.

Fort heureusement les superbes coqs ont conservé cette flamme qui les dispense de mode d’emploi !

Depuis 70 ans d’ère industrielle d’élevage, les différentes espèces d’animaux de la ferme se tarent, perdent de leur singularité locale, leur rusticité, et ne sollicitent plus leur instinct pour évoluer, se nourrir, être éduqué par leur mère et transmettre la vie naturellement.

Sans la main mise de l’homme, ces animaux avilis seraient-ils sujets à une extinction programmée ?…Sauve qui peut par l’installation de poulaillers dans toutes fermes et jardins. 


  • Conditions de travail

Mathieu est passionné par la variété des activités de la vie de fermier: connaissance de la nature, des mœurs des animaux, promotion de la bonne alimentation, mécanique agricole et l’utilisation de vieux outils, petite comptabilité prévisionnelle, débroussaillage harassant, entretien des prairies par les animaux. C’est aussi une excellente relation avec ses partenaires agriculteurs, et surtout les retrouvailles fort sympathiques avec les familles abonnées tous les Vendredis !! 



Mathieu ne peut élever plus de 1000 volailles par an avec cette technique qui lui demande une logistique permanente d’installation des parcs, des déplacements des poulaillers sur tous les reliefs, ainsi que la gestion des germinations de céréales et les constants travaux d’entretien en tous genres avec peu de matériel.

Une passion pour ce type d’élevage chrono(vore) avec 70 heures de travail par
semaine pour un salaire en dessous du seuil de pauvreté quand la saison se passe sans gros accident. En bref, c’est une activité passionnante liée à une économie de survie comme pour la plupart des petites fermes en agriculture biologique! Ce qui nous amène au prix :

 
Petite réflexion sur le prix et l'achat de produits alimentaires bio non industriels
Des tarifs de 30% au dessus des prix moyens de supermarchés par exemple, pour nombre d’entre-vous la barrière du prix psychologique est atteinte. Cependant acheter bio en supermarché ne doit surtout pas donner bonne conscience aux consommateurs!

Car même Mac Do se met au bio ?? Nombreuses informations et articles sur le bio industriel : distances, monocultures bio intensives, poulaillers bio industriels de dizaines de milliers de volailles, ces grandes structures sont les principaux bénéficiaires de vos impôts reversés à l’agriculture… « Le Bio » un nouveau marché comme un autre, à fort potentiel pour les grands groupes, mais finalement pas si écologique, éthique et équitable !

Quel prix pour l’avenir de notre société ? Malgré la disparition des petits commerces de proximité, apparaissent les circuits courts des petits agriculteurs et leur maintien d’emplois par la faible mécanisation, la préservation de l’environnement, des cours d’eau,… un court circuit de la petite agriculture en survie face au monopole des grandes chaînes et des supermarchés ??

Pour 6 œufs : pour une qualité incomparable, l’émergence de petites fermes familiales bio dans vos localités, que représente 30 ou 40 centimes de plus par semaine, soit 1 ,50 euros dans le budget mensuel d’un ménage ?

Pour une Volaille de 2 kg: 50 % plus chère soit, 30 euros au lieu de 20 euros, vous connaissez maintenant les contraintes de notre éleveur travaillant avec des races de volailles rustiques à croissance lente, abandonnées par les éleveurs professionnels tant cette qualité rime avec une faible rentabilité.

Cependant Mathieu ne peut que vous suggérer de goûter une volaille pour constater la tenue de la chair après cuisson, la saveur, avec en toile de fond le maintien de races rustiques menacées de disparition, un soutien à une agriculture traditionnelle et locale, de taille familiale, peu gourmande en surfaces agricoles, sans gros matériel,… qui ne nuit pas à votre santé.
L’idée est peut-être d’en consommer une de temps en temps et moins consommer de volailles à bas prix de faible qualités gustative et nutritionnelle, surtout quand on sait les conditions concentrationnaires d’élevage inacceptables : ce n’est plus de l’agriculture mais de l’industrialisation du vivant!

 

Une alimentation et un environnement immédiat sans pesticides
Le paysage peut-être bucolique à souhait et cependant subir la pollution invisible des produits chimiques (graines enrobées, OGM, pulvérisations de pesticides, herbicides, etc…) qui se retrouvent présents dans les céréales des volailles. Le local ne suffit donc pas si c’est pour soutenir la propagation d’une pollution agricole dans l’environnement direct du consommateur et des villageois.

L’intégralité des aliments distribués dans les Paniers Formidables respectent au moins le cahier des charges AB. Mathieu Gros est certifié chez Ecocert.

Devenez consom’acteurs du changement
Votre engagement pour une alimentation de qualité défend le bien être de nos volailles.

On peut se permettre de penser à la portée considérable de notre pouvoir d’achat. Tout  pourrait changer en quelques semaines par le simple fait de donner de la conscience à nos actes d’achats quotidiens, le monde de l’entreprise est très malléable et nous pourrions faire plier simplement son offre pour contenter nos demandes orientées vers une forme d’éthique…il ne manque donc que la prise de conscience générale pour un changement radical.  

En tant que client(e) abonné(e) vous serez tenu(e) informé(e) de façon régulière tout au long de la saison des aléas et des joies de la vie d’éleveur par des commentaires emails et des photos.

Merci de votre attention !






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Vous pouvez faire un commentaire qui sera envoyé au modérateur du blog et il sera publié dès que possible s'il est bien en rapport avec notre blog.
Merci